"Livres et Vous" : Le blog

Bonjour et bienvenue chez « Livres et Vous »

Un avis sur les livres, des rencontres à partager, des nouveautés à faire découvrir ou des activités de "Livres et Vous" à commenter ?
bonne visite et à vos claviers !

Apprendre le français par mindmapping ?

La lecture : débatsPosted by Habit-Livres 28 Dec, 2015 19:59



Certains le répètent, le français est une langue complexe et il faudrait peut-être la simplifier.

Une question me vient à ce sujet.
Notre cerveau ne nous permet-il pas d'analyser moult indices du comportement humain, d'en percevoir les nuances, si infimes soient-elles, et d'établir ou créer une réponse pertinente en quelques secondes ?



Il est vrai que l'apprentissage d'une langue est une matière bien différente, mais il me semble qu'il fait appel, lui aussi, à une analyse globale et minutieuse de différents éléments.
Ainsi conviendrait-il peut-être de décloisonner les apprentissages afin d'actionner les différentes intelligences qui siègent au sein d'un individu ?

Une nouvelle manière, nettement moins littéraire certes, nous permet depuis quelques années d'établir des résumés et des schémas. Cette méthode, si elle ne convient pas à tous, a le mérite d'ouvrir l'horizon et de permettre de visualiser les éventuelles connexions possibles entre les matières ou les données traitées.
Il s'agit du "mind mapping" ou communément appelée "carte mentale".

Je vais me permettre de m'y attarder un instant pour revenir à notre sujet initial par la suite.


--> Mind mapping ?

Cela consiste en une sorte de diagramme des idées. Elles sont aménagées les unes par rapport aux autres, de manière à les structurer, les hiérarchiser et à mettre en exergue les liens qui les raccordent.
Il s'agit donc d'une arborescence des données, figurant le cheminement de la pensée tout en l'organisant. En outre, cette méthode permet de développer son raisonnement.
Il donne ainsi la réplique aux schémas conceptuels que nous connaissions bien, où les concepts sont reliés par des mots.

exemples anglophones, illustrés :



exemple plus "fouilli" de ce que cela peut donner, en brainstorming notamment, ici autour de la créativité :

autre exemple, en quittant un thème abstrait et en prenant une image plus concrète :



Si cela peut nous permettre d'aller dans toutes les directions de prime abord, cette méthode peut ensuite nous aider à établir un choix clair de ce que nous désirons réellement aborder.
Cela peut aussi nous obliger à percevoir les différentes sortes de liens, ou de réponses qui ont été données. Ici, on voit différentes utilisations possibles de ce trombone, allant de l'utilisation classique à celle de "Mc Gyver".
Un autre observateur aurait peu décrire ce qu'il voyait de façon artistique ou littéraire.

Quoi qu'il en soit, cette méthode fait appel à ce que nous sommes, notre vécu et l'imagerie complète qu'occasionne un objet ou un mot dans notre cerveau.

Une manière dès lors d'établir une carte mentale.

-- > Marion Charreau

Dans le cadre de ses cours de FLE (français langue étrangère), Marion Charreau a fortement utilisé ces cartes mentales.

Par exemple :

une carte mentale abordant l'accent

une carte mentale illustrant les verbes

Qui est-elle ?

Marion Carreau a effectué des études supérieures en art et est professeur de français langue étrangère. Elle s'est également formée à l'Ecole française de l'Heuristique.

Voici son point de vue (extrait de l'article http://www.lecafedufle.fr/2012/07/carte-heuristique/ ):

Qu'est-ce qu'une carte heuristique et pourquoi l'utiliser ?

Une carte heuristique c'est un outil de visualisation, d'organisation et de gestion de l'information. "Heuristique" c'est découvrir, eurêka.
(...)
Toute l'information est organisée autour d'un objectif ou d'un thème principal.
Sa force? Elle nous permet de mobiliser les fonctionnalités des deux hémisphères cérébraux et elle est respectueuse du fonctionnement naturel de l'être humain.
(...)
On redécouvre notre potentiel en accédant à toutes nos ressources.
(...)
C'est un outil "couteau suisse", il peut être utilisé par des professeurs, des ingénieurs comme par des enfants, en fonction des besoins de chacun et quelles que soient nos préférences ou notre profil pédagogique.


--> Un apprentissage sur mesure ?

Tout le monde n'est pas égal devant l'apprentissage d'une langue, ou d'une quelconque matière d'ailleurs.
N'avez-vous jamais croisé quelqu'un à qui on a déconseillé d'aller plus avant dans ce domaine car il n'avait vraiment pas "la bosse des langues" ?


Certains maîtrisent aisément leur langue maternelle, quand d'autres rencontrent d'énormes difficultés.
Cela peut être dû à divers facteurs, comme l'éducation, l'entourage, les affinités...
Mais ne serait-il pas formidable de réussir à rencontrer la partie du cerveau de chacun qui éveillera un réel intérêt pour cette matière.

On le sait, un des principaux alliés de l'apprentissage est la motivation, l'intérêt. Un des principaux freins est l'incompréhension. De fait, parfois on ne cerne pas bien ce dont on parle ou l'implication réelle de cette information.

Si on réussissait à parler à la partie du cerveau qui est la plus éveillée, dans le langage qu'il maîtrise le plus aisément, ne réussirait-on pas à rencontrer plus de succès ?
Cela nécessite de s'intéresser à chacun à titre individuel et à dresser une sorte de carte des différents types d'intelligences et dès lors, des différents types d'apprenants.

Evidemment, le temps joue peut-être en notre défaveur...quoique? Si on prend davantage de temps au début, il en faudra moins ensuite.

Et puis, peut-être que ces cartes mentales peuvent nous permettre d'aller chercher chacun individuellement, par une seule et même méthode?
En l'adjoignant aux cours, l'apprentissage de la langue parlerait sans doute à tout le monde.


--> des ouvrages et des techniques pour aborder l'apprentissage ?

http://territoiresdeslangues.com/tag/marion-charreau/


https://www.youtube.com/watch?v=xpRYSpZTMh8



--> le français est-il trop compliqué ?

Le français n'est pas la seule langue qui soit complexe et pleine de nuances.

En effet, si l'on pense au russe, au japonais ou au chinois, il est impossible de les considérer comme des langues faciles à apprendre.
Faut-il pour cela les simplifier au point de les modifier complètement ? et par la même, en ôter toutes les origines historiques des mots, qui composent leur logique et leur essence ?


Par ailleurs, certaines langues qui nous paraissent plus aisées ont parfois des nuances que le français lui-même semble ne pas avoir prévues.

Par exemple : aimer se traduit de plusieurs manières en anglais selon le type d'amour dont il s'agit.


Ainsi, vous l'aurez compris, je ne suis pas adepte d'une simplification à outrance de la langue. Il me semble qu'elle doit permettre d'exprimer au mieux et au plus proche ce que l'individu ressent, fait, souhaite ou affirme.
Si on ôte les nuances, ou l'esthétique même des mots qui illustre l'idée de ce mot, comment cela pourra-t-il se faire ? Ne risquons-nous pas de trahir nos pensées encore davantage lorsque nous les exprimerons ?


et Vous, qu'en pensez-vous ?



À ce sujet, j'embrayerais volontiers su un autre débat : celui de l'utilisation de mots en les destituant de leur signification intrinsèque...
Comment ne pas ouvrir la porte des malentendus et des double-langages... ?

Mais ceci est un autre sujet...

Belle journée et excellente fin d'année !





  • Comments(2)//blog.livresetvous.be/#post109