"Livres et Vous" : Le blog

Bonjour et bienvenue chez « Livres et Vous »

Un avis sur les livres, des rencontres à partager, des nouveautés à faire découvrir ou des activités de "Livres et Vous" à commenter ?
bonne visite et à vos claviers !

l'accent circonflexe ?

La lecture : débatsPosted by Habit-Livres 05 Feb, 2016 14:36

Ces derniers jours, l'actualité, principalement sur les réseaux sociaux, s'enflammait quant à la disparition de l'accent circonflexe.
Ayant moi-même ressenti l'une ou l'autre crispation face à ces "réformes", j'ai eu envie de partager le fruit de mes réflexions, de mes "rencontres" et de mes recherches.

J'ai choisi de mettre cet article dans la catégorie "La lecture : débats" même si je dois le reconnaître, dans ce qui va suivre, on s'éloigne quelque peu de la lecture...
Cependant, les réformes orthographiques changent, selon moi, l'esthétique et la partition des écrits qui font la joie des lecteurs...C'est pourquoi j'ai décidé de mettre cette question dans cet onglet.

Durant l'échauffement des esprits quant à ces réformes orthographiques, plusieurs domaines furent abordés, effleurés, des ordres de priorités aussi.
Je me propose donc ici de vous délivrer quelques unes de ces thématiques qui ont alimenté les débats.

Plusieurs questions se soulèvent ou ont été soulevées :

1 - l'utilité de l'accent circonflexe ?

Cet accent nous permet de relier les termes que nous utilisons à leur étymologie, il permet de différencier certains mots (par exemple : sûr et sur), il fait partie du charme de la langue française ...
Pour permettre une bonne communication, il semble qu'il ait bel et bien son utilité, tout comme la ponctuation...

2 - la réelle pertinence de ces modifications orthographique qui semblent à l'ordre du jour ?

À ce sujet voici un article nous rappelant que "cette réforme n'est pas une réforme, ce sont des recommandations qui n'invalident pas pour autant l'orthographe classique, elle date de 1990" :

article de Jean-Rémi Girard dans le FigaroVox
http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2016/02/04/31003-20160204ARTFIG00142-reforme-de-l-orthographe-le-coup-de-gueule-d-un-prof.php

Dans cet article l'auteur pose également une double question :
- si deux orthographes coexistent, cela ne risque-t-il pas également de constituer une sorte de "marqueur social" ?
- quelle est la réelle utilité de cette réforme ? Elle ne répond pas aux principaux problèmes rencontrés par les élèves et qui concernent principalement la grammaire (qui semble le parent pauvre des programmes, selon ce professeur).

3 - n'y a-t-il pas des choses bien plus cruciales qui doivent être débattues en ce moment ?

Certains opposent cette question à des questions sociales, économiques, idéologiques ou encore écologiques.
Dans le paysage agité de l'actualité, est-il vraiment crucial de débattre de la langue française? Ou encore est-ce primordial de s'intéresser à la linguistique ou à l'orthographe ?

Pour ma part, il me semble que la langue (française dans ce cas-ci) est le vecteur par lequel des idées peuvent être émises, débattues, lancées, "tordues en forme de rêves" (Boris Vian). C'est la langue qui nous permet de communiquer, de se comprendre, de s'exprimer. C'est encore elle qui est notre socle commun. Elle est notre histoire et notre présent, elle nous sert à construire notre avenir.

(Grammaire générale ou exposition raisonnée des éléments nécessaires du langage / Beauzée)
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k50449f


Oui, j'avoue être attachée à la langue française et à toutes ses nuances. Oui, j'avoue l'avoir détestée lorsque, élève en 2ème année secondaire, j'ai eu des examens de passage en grammaire et en orthographe.
Pourtant, c'est ce qui en fait son architecture, sa musicalité, sa pertinence. Chaque mot a une étymologie et en cela déjà, on peut davantage comprendre ce qu'il véhicule.

Alors évidemment, certaines expressions au cours du temps ont été transformées et leur sens a parfois été modifié au point de se contredire.
(par exemple : "il n'a pas fait long feu" signifie aujourd'hui ne pas durer longtemps. "Faire long feu" induit dès lors une certaine pérennité aujourd'hui. Autrefois "faire long feu" signifiait "échouer". À l'époque il s'agissait de mettre le feu à la poudre d'un mousquet ou d'un canon, et s'il fusait au lieu d'exploser c'est qu'il avait fait long feu. Cela n'avait donc pas fonctionné.)
Est-ce pour autant normal ou légitime de vouloir en modifier radicalement l'orthographe ? cela va-t-il réellement dans un sens de simplification de l'écriture, de la communication, des rapports humains ?

Alors oui, le français est sans cesse en mouvement et notre manière de l'aborder change. En effet, selon que nous écrivions un texte ou un discours (ou un sms/texto, une lettre, un mail), selon la personne à qui ces écrits s'adressent, nous utiliserons certains termes, certaines ponctuations, un certain type de langage.
De plus, outre le langage écrit il y a le langage parlé, qui a ses propres "règles", "familiarités", des usages bien précis.

Cependant, doit-on épurer, homogénéiser, lisser le tout et ne plus avoir qu'une seule langue?
Selon de nombreux linguistes, grammairiens, la langue orale se base sur la langue écrite et sa syntaxe. Ce serait cette dernière qui articulerait la pensée.
Dès lors, s'interroger sur une question si peu cornélienne que l'orthographe me semble important, malgré tout.

En effet, à cette question se rattache aussi la question de l'hyper-communication dans laquelle nous baignons. Elle relance aussi le débat de la communication, la "bonne communication". Celle où l'on se comprend.

Rappelons-nous toujours cette petite mise en garde :


4 - la langue française : une identité ?

En effet, à mon sens, la langue française nous permet de nous replonger un instant dans l'Histoire, le parcours de l'Humanité et peut-être même de conserver un brin d'humilité.
Elle nous montre le parcours réalisé par les mentalités aussi...tant et si bien qu'une question est apparue sur les réseaux sociaux. Certains la railleront pendant que d'autres la qualifieront de bien plus cruciale pour notre société. Je pense qu'elle vaut la peine en tous les cas d'être soulevée :


À la lecture de cette question, je me suis sentie apostrophée. J'ai dès lors effectué quelques recherches, car je ne suis pas suffisamment connaisseuse pour pouvoir avaliser les informations contenues ci-dessus et ne voulais pas partager de fausses rumeurs...donc j'ai fouillé.

Voici ce que j'ai pu trouver.


et notamment cette page sur "l'abandon du masculin générique" :
Un autre document :

http://corela.revues.org/286




rappelons avec un brun d'humour caustique quelques nuances qui font que certains "féminins" sont à proscrire selon les circonstances :

En tous cas, le sujet reste à débattre et mérite selon moi de s'y attarder. Mais évidemment pas au détriment d'autres sujets brûlants de l'actualité.

Qu'en pensez-vous ?


Pour en savoir plus sur l'objet de tous ces débats concernant la réforme, voici le lien officiel :

http://www.academie-francaise.fr/sites/academie-francaise.fr/files/rectifications_1990.pdf


Belle fin de semaine à vous.

  • Comments(1)//blog.livresetvous.be/#post124